Le Chanvre : définition et utilisation

30 Mai 2022 | CBD

 

Il y a 100 ans et plus, le chanvre était l’une des cultures agricoles les plus répandues. Il constituait une partie de l’alimentation quotidienne, tout en étant utilisé pour ses propriétés fibreuses et médicinales.

Cette utilisation du chanvre a pris fin au début du 20ème siècle, lorsque l’interdiction du cannabis s’est répandue à travers le monde. La conséquence première a été que le chanvre a presque complètement disparu de notre alimentation, nous privant ainsi des apports nutritifs des cannabinoïdes, des terpènes, des flavonoïdes et d’autres composés de la plante. Certains scientifiques ont avancé cette prohibition comme cause de la généralisation des carences du système endocannabinoïde. Car sans apports alimentaires, les cannabinoïdes produits naturellement par le corps ne sont plus en nombre suffisant. Même avec une alimentation équilibrée, le corps ne reçoit pas les nutriments que le chanvre peut fournir au même titre que les compléments de vitamines et de minéraux.

Pour la petite histoire, le chanvre et le cannabis sont une seule et même plante. « Cannabis » est d’ailleurs la traduction latine de « Chanvre ». Cependant, le cannabis avec lequel sont fabriqués les compléments alimentaires (comme l’huile de CBD) est appelé « chanvre industriel » et contient moins de 0,2% de tétrahydrocannabinol (ou THC), le cannabinoïde psychoactif de la plante. Mais même dépourvu de THC, le chanvre industriel contient tous les autres composés, et en particulier le cannabidiol (CBD), l’autre cannabinoïde que les scientifiques et les médecins considèrent de plus en plus comme un sujet d’étude prometteur.

Le chanvre peut être considéré comme très nutritif. Les feuilles et les fleurs de la plante peuvent être consommées comme tout autre légume vert et les graines sont réputées très nutritives. Elles ne contiennent pas de concentrations élevées de cannabinoïdes, mais fournissent un apport non négligeable en acides gras oméga 3 et oméga 6. Elles peuvent être consommés entières ou broyées et utilisés comme farine. Une fois pressées, elles produisent une excellente huile qui, bien que déconseillée pour la cuisson à haute température, reste très adaptées à l’utilisation dans une vinaigrette ou avec des pâtes.

Le chanvre en France

Aujourd’hui, on retrouve le chanvre dans notre quotidien : alimentation, tissus, cordages, isolation thermique.

La France reste le plus gros producteur européen de chanvre avec plus de 50.000 tonnes par an. Depuis 2003, en France, le taux de THC devrait être inférieur à 0.2% (conformément à la réglementation européenne (règlement CE n-°1782/2003 DU Conseil du 29.09.2003 modifié, règlement CE n° 796/2004 de la Commission du 21.04.2004 modifié).

Le milieu de la recherche s’intéresse de plus en plus aux propriétés médicinales du cannabis et l’usage thérapeutique de ce dernier commence à être autorisé dans de nombreux pays à travers le monde. Mais pas en France, ou la culture de chanvre industriel n’est autorisée qu’à certaines conditions, comme par exemple le fait de contenir moins de 0,2% de THC. En revanche, la législation française n’interdit ni le CBD, ni les produits qui en contiennent. C’est un ingrédient naturel dont la consommation est sans risque connu d’un éventuel surdosage. Si le CBD commence à avoir une excellente réputation aux Etats-Unis, où il est classé comme complément alimentaire, il est encore assez peu connu des consommateurs français, principalement à cause du tabou qui entoure toute discussion autour du chanvre et du cannabis, et de la classification de ce dernier comme drogue.

Le chanvre est issu de la même plante que la marijuana, la Cannabis Sativa, mais les deux variétés sont bien distinctes. La différence: leur teneur en THC, une substance qui provoque des effets psychotropes. La marijuana en contient de 3 % à 25 % et le chanvre, 0,3 % ou moins. Donc, aucun risque de se retrouver drogué en mangeant des graines de chanvre!

 

Riche en acides gras essentiels et en protéines, le chanvre peut être consommé sous forme de graines ou d’huile.